ActionAid France Peuples Solidaires agit pour les droits et contre la pauvreté dans le monde.

Notre réponse à Lidl qui ne se fournit plus en Equateur !

Jeudi, May 18, 2017 - 16:26

Lidl a écrit :

 

Notre réponse :

Cher Lidl,

Nos demandes sont claires, elles sont résumées dans le rapport d’enquête « Des fruits au goût amer » et nous vous les avons rappelées lors de nos deux rencontres. Nous ne vous avons jamais demandé de cesser de vous approvisionner chez tel ou tel fournisseur, et encore moins de supprimer vos approvisionnements en provenance d’un pays tout entier ! En réalité, cette pratique risque surtout de mettre en difficulté les travailleurs et travailleuses qui perdront leur emploi et de servir de moyen de chantage sur celles et ceux qui travaillent chez vos autres fournisseurs : s’ils.elles osent s’exprimer, l’entreprise risque de perdre ses clients.

Notre demande est toute autre : pour faire cesser les violations des droits dans vos chaînes d’approvisionnement, il est nécessaire de mettre en place une politique d’entreprise rigoureuse.

Vous devez vous assurer que vos fournisseurs :

  • respectent  les normes fondamentales du travail de l'OIT, telles que la liberté d'association et le droit à la négociation collective, ainsi que l'interdiction de la discrimination, du travail forcé et du travail des enfants ;
  • s’acquittent du versement d'un salaire minimum vital, des horaires de travail respectueux des normes de l'OIT, la garantie de la stabilité de l'emploi ;
  • mettent la protection de la santé et de la sécurité des employé.e.s, et notamment l'arrêt de l'utilisation de pesticides considérés comme très dangereux par le Pesticide Action Network (PAN) comme priorité
  • utilisent des techniques agricoles durables permettant de protéger l'environnement et la biodiversité. 

Bien sûr, pour que les producteurs puissent mettre en place des conditions de travail décentes dans les plantations et pour que les petit-e-s producteurs-rices puissent gagner dignement leur vie, Lidl doit payer des prix suffisants pour couvrir les coûts d'une production durable, ce qui inclut un salaire minimum vital. De plus, les supermarchés doivent mettre fin aux pratiques commerciales déloyales, comme refuser des marchandises sans raison valable.

Lidl doit créer des systèmes de contrôle fonctionnels et transparents permettant de s’assurer de conditions de travail décentes chez leurs fournisseurs.

 Lidl doit s'engager pour impliquer de manière appropriée les travailleurs-ses, les syndicats et les ONG dans leurs initiatives. Les plantations concernées doivent être identifiées et un mécanisme de plainte doit être mis en place aux niveaux local et international. 

Lidl doit participer à des initiatives centrées sur le respect de la dignité au travail et doit également impliquer les syndicats et les ONG dans les processus de prise de décision tant pendant la phase de conception des initiatives que pendant leur exécution. Ces initiatives doivent être axées sur la formation des ouvriers-ères et des cadres des fournisseurs. Des inspections doivent avoir lieu sans préavis. Les ouvriers-ères doivent être impliqué-e-s dans les contrôles et dans la conception et la mise en place de mesures d'amélioration de leurs conditions de travail.

Une telle décision, prise sans action préalable auprès des fournisseurs concernés pour tenter de remédier à la situation, ne répond en rien aux demandes d’ActionAid France-Peuples solidaires.

Lidl doit faire usage de son influence d’acheteur pour mettre en œuvre son devoir de vigilance. Les entreprises doivent éviter, prévenir ou atténuer les conséquences néfastes de leurs activités sur les droits humains et non fuir devant leurs responsabilités !