ActionAid France Peuples Solidaires agit pour les droits et contre la pauvreté dans le monde.

Un accord en catimini sur le dos de nos libertés

Mardi, May 29, 2018 - 19:07

Ce jeudi 24 mai, les député·e·s et sénateur·rice·s de la Commission Mixte Paritaire chargée de statuer sur la proposition de loi sur le secret des affaires se sont mis d’accord sur un texte proche de celui élaboré par l’Assemblée Nationale... et très éloigné des recommandations de la société civile !

Aucun des amendements proposés par notre coalition pour protéger les libertés n'a été retenu, contrairement aux engagements pris par l’Elysée.

Pourtant, plus de 550 000 citoyen·ne·s avaient signé la pétition dénonçant ce projet de loi et le 16 avril 52 organisations et 23 sociétés de journalistes ont interpellé le Président de la République.

Les parlementaires ont ainsi manifesté leur refus de circonscrire l'application du texte au vol d'informations dans un but de concurrence déloyale.

Raphaël Gauvain et le gouvernement ont, au contraire, privilégié une application la plus large possible du secret des affaires :

  • la définition large et floue du secret des affaires permettra aux entreprises de retirer l’essentiel des informations sur leurs activités du débat citoyen ;
  • les lanceurs et lanceuses d’alerte devront faire la preuve de leur bonne foi devant les tribunaux ;
  • les représentant·e·s du personnel pourront être poursuivi·e·s pour avoir diffusé des informations aux salarié·e·s ;
  • les organes de presse pourront être poursuivis devant des tribunaux de commerce pour avoir révélé des "secrets d’affaires" ;
  • les salarié.e.s pourront voir leur mobilité réduite avec l’interdiction d’utiliser leurs savoirs et savoirs faire, considérés comme des secrets d’affaires ;
  • les délais de prescription longs et mal définis permettront des poursuites 5 ans après la révélation de secrets d’affaires !

Cette loi permettra aux entreprises de poursuivre toute personne ayant obtenu ou révélé des informations sensibles.

Ce texte porte gravement atteinte au droit d’informer et d’être informé des citoyen·ne·s français, en privant de source les journalistes et en privilégiant de facto l’autocensure.

Il met en danger l’équilibre démocratique et constitutionnel de notre pays en érigeant le secret des affaires en un principe général et en reléguant la liberté d’information au rang de simple exception.

Alors que la proposition de loi sera soumise au vote final des parlementaires dans le courant du mois de juin, nous les interpellons solennellement : ne votez pas ce texte en l’état, ne laissez pas les entreprises dicter l’info !