ActionAid France Peuples Solidaires agit pour les droits et contre la pauvreté dans le monde.

Défense des travailleurs·euses domestiques. Et maintenant ?

Lundi, June 18, 2018 - 10:36

Le 16 juin, à l'occasion de la Journée internationale des travailleurs et travailleuses domestiques, nous avons organisé une action symbolique sur le Parvis des Droits de l'Homme, à Paris.

Cette action symbolique a pris la forme d’un tribunal de conscience pour sensibiliser l’opinion publique ainsi que les médias sur les violations de droits que subissent les travailleuses domestiques. Elle avait aussi pour but de pousser le gouvernement français et l’ensemble des Etats à ratifier la convention 189 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), qui offre une protection spécifique aux travailleurs·es domestiques.

La convention 189 de l'OIT, qui protège les travailleuses domestiques, a été adoptée en 2011 mais jamais ratifiée par la France !

Plus de 80% des travailleur·se·s domestiques sont des femmes. Elles sont très souvent victimes d’abus, de violences (physiques, psychologiques, sexuelles) mais également de discriminations. Près de 70% d’entre elles travaillent en Amérique Latine et en Asie, où elles sont souvent logées chez leurs employeurs.

Du matin au soir, tous les jours de la semaine, elles rangent, cuisinent, nettoient, repassent, gardent les enfants, prennent soin des personnes âgées ou malades dans la maison des autres… sans aucune considération pour leur travail

souligne la syndicaliste Sylvie Fofana, Secrétaire générale de l'UNSA-SNAP/SPE, sur la condition des travailleuses domestiques en Côte d’Ivoire. A ce sujet, nous avons lancé un appel urgent en soutien au syndicat SITRADOMSA au Guatemala...

A présent, nous vous invitons à aller plus loin, en signant notre nouvelle pétition

Notre collectif :

ActionAid France – Peuples Solidaires, Association des Salarié·e·s du Particulier-Employeur de Côte d’Ivoire, Care France, CFDT-SAMSSAP (Syndicat des Assistant·e·s Maternelles et Salarié·e·s de Services à la Personne), Comité de Lutte contre l’Esclavage Moderne (CCEM), la Marche mondiale des Femmes, Ni putes Ni soumises, Osez le Féminisme, UNSA-SNAP/SPE (Syndicat des Auxiliaires Parentales et les Salarié·e·s du Particulier Employeur), Charlotte Bien-Aimé (journaliste), Caroline Ibos (chercheuse au CNRS), Sandrine Rousseau (professeure et présidente de l'association Parler)