ActionAid France Peuples Solidaires agit pour les droits et contre la pauvreté dans le monde.

Quand les marques jouent avec les droits des femmes en Chine : enquête dans l'industrie du jouet

Les grandes entreprises du jouet, comme Mattel, Disney, McDonalds, Walmart, Fisher-Price et Hasbro, ont délocalisé leur production vers des pays en développement en passant par des sous-traitants. En raison de l’intense concurrence à laquelle se livrent les fabricants pour obtenir des commandes, les usines sont forcées d’accepter des prix bas, voire baissent elles-mêmes leurs prix afin d’accroître leur compétitivité, au détriment des droits des travailleuses.

Le monde des jouets est un paradis pour les enfants, mais il peut être un véritable enfer pour les travailleuses 

Dans cette course au profit, les grandes marques de jouets se situent en haut de l’échelle, les fabricants à l’échelon intermédiaire et les travailleuses tout en bas. Le monde des jouets est un paradis pour les enfants, mais il peut être un véritable enfer pour les travailleuses employées dans les usines qui les fabriquent, des travailleuses qui constituent la très grande majorité de la main-d’oeuvre de ce secteur. 

Ces travailleuses sont contraintes de vivre séparées de leurs proches, loin de leurs enfants, de leurs parents et de leur conjoint. Elles travaillent onze heures par jour, six à sept jours par semaine, et gagnent le salaire le plus bas autorisé par la loi pour un travail qu’elles effectuent dans un environnement dangereux et nocif. Elles sont entassées par groupes de dix dans de minuscules dortoirs et, en hiver, nombre d’entre elles n’ont même pas droit à des douches chaudes.

Ces travailleuses sont privées de tout moyen de se plaindre et les représentants syndicaux sont nommés par la direction des usines. Cette situation perdure depuis de nombreuses décennies et, malheureusement, bien peu de changements sont intervenus jusqu’à présent1. Outre les violations de leurs droits au travail, les femmes employées dans ce secteur subissent des violations spécifiques des droits des femmes qui amplifient les inégalités de genre au travail.

Dans sa nouvelle enquête, le China Labor Watch, partenaire d’ActionAid France-Peuples Solidaires, met en lumière quatre usines chinoises dans lesquelles les droits des femmes sont bafoués, des usines qui fabriquent des jouets pour le compte de grandes marques comme Mattel, Disney et Hasbro(1). Les violations des droits des femmes y sont multidimensionnelles et interconnectées, puisqu’elles relèvent à la fois des violences basées sur le genre, de la discrimination et de l’exclusion des espaces et fonctions de prise de décision. 

 

--------------------------

(1) Depuis la publication des premières conclusions de cette enquête en novembre 2016, Hasbro a affirmé au China Labor Watch que leur marque n’avait plus recours aux services de l’usine Combine Will depuis 2015